VERDI | 28.04.2022
Première pierre de la nouvelle gendarmerie au Mesnils-sur-Iton
Un moment exceptionnel dont nous pouvons être fiers pour notre territoire, pour notre pays et surtout pour nos militaires qui nous protègent.” Nicole Duranton, sénatrice de l'Eure


La construction de cette Gendarmerie et de ses 12 logements représente un symbole pour nos femmes et nos hommes : de meilleures conditions de travail et d’accueil. Derrière un gendarme, il y a une famille, cette nouvelle gendarmerie est un élément important pour l’attractivité de la communauté de brigades et participera à la fidélisation de nos militaires.

Une volonté portée par madame le Maire Colette Bonnard, l’État dont le Ministère de l’Intérieur et le colonel Gros. La dynamique pour nos gendarmes se poursuit après l’arrivée de 5 véhicules neufs dans les brigades du Sud de l’Eure !


Midi Libre | 27.04.2022
Aubais, discussion autour du Cluz
La nouvelle équipe municipale l'avait promis, elle le réalise. Jeudi soir 21 avril, une cinquantaine de personnes sont venues discuter du futur projet du Cluz, en présence de Véronique Henocq, du cabinet Verdi, choisi pour réaliser l'aménagement. 

Angel Pobo et Véronique Henocq, prêts à exposer le projet.

Le maire, Angel Pobo, et son équipe était là pour répondre aux interrogations. Le projet avance doucement mais normalement, avance le maire. Nous avons regroupé tous les points de vue sur ce projet important et futur lieu de vie du village. Nouveau Plu (Plan local d’urbanisme), construction prochaine de l’école et des commerces sur le Cluz, etc., tous les sujets ont été discuté. Le cône de vue a été très discuté sur la visibilité de la magnifique vue que l’on a de la promenade.


Une petite assemblée très attentive.

A cela s’est ajouté le regard de l’historien et naturaliste François Lavergne sur le rollier d’Europe qui niche dans les arbres du Cluz. Une discussion vive mais avec la volonté d’une concertation citoyenne pour déboucher sur un futur projet commun. Ce ne sont pas moins de quarante-trois projets que la nouvelle équipe municipale a mis en chantier à des degrés divers, ce qui promet beaucoup de concertation. La prochaine réunion se tiendra vendredi 6 mai, au foyer.
VERDI | 22.04.2022
Denain, le centre aqualudique Natur&O
L'établissement de 6 000 m² niché au fond du Parc Zola propose trois bassins dont un ludo-nordique dont la moitié est à l'extérieur, mais aussi un espace balnéo détente. Natur&O à ouvert le 22 janvier 2022.
Livraison : 2021
Surface : 5 250 m² et 7 950 m² d'extérieur
Montant des travaux : 18,1 M€ HT
Maîtrise d'ouvrage
Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut

Maîtrise d'œuvre:
Chabanne + partenaires (architecte mandataire) | Agence VM architecture (architectes associés) | Chabanne ingénierie (fluides, traitement d’eau, QEB) | Verdi (ingénierie structure) | Berim (VRD, plomberie, chauffage, traitement d'air, électricité) | Echologos (acoustique) | (Baudin Chateauneuf Nord (Entreprise générale) | Ramery (Entreprise générale cotraitante) | Dalkia Nord (Maintenance)



Complet et très fonctionnel, l'équipement offre un grand confort à ses usagers, qui y trouveront un bassin sportif de 25 x 21 m (8 couloirs), un bassin d'apprentissage de 15 x 10 m (4 couloirs), un bassin ludo-nordique de 200 m² (dont 100 m² extérieurs utilisables toute l'année), une lagune de jeux de 50 m², un toboggan, un pentaglisse 3 pistes, un espace balnéo-détente, mais aussi un restaurant-snack de 45 places et une plage aqualudique en extérieur.
Le Moniteur | 22.04.2022
Aveyron : le stade de Rodez s’étend tout en discrétion
Les travaux de construction des deux nouvelles tribunes avancent au stade Paul-Lignon pour une ouverture au public prévue en 2024.
Les équipes des agences Olgga et Dolmen Architectes se sont penchées sur l'extension du stade Paul-Lignon à Rodez (Aveyron), installé entre le centre historique et un grand paysage. Dans sa nouvelle version, le stade se composera d'un socle béton (Andrieu Construction) pour les gradins, les vestiaires et les locaux techniques. Il aura des finitions en vêture métallique et des poteaux en béton. Son émergence métallique (Castel et Fromaget), qui accueillera au-dessus des tribunes est et ouest loges et espaces VIP, sera constituée de bardage métal perforé anthracite et de vitrages. Enfin, des murs en pierre au nord et au sud ont été conservés. “ Nous voulions rester dans la discrétion, explique Guillaume Grenu, architecte associé chez Olgga. Le stade est très bas et le geste modeste. ”

D'un coût de 12 M€ HT, cette opération permettra d'accueillir
8 000 visiteurs contre 4 750 aujourd'hui. Les travaux, démarrés en octobre dernier, s'achèveront en juillet 2024.


Installé entre le centre historique et un grand paysage, le futur stade se veut discret et sera très bas.
Le Moniteur | 22.04.2022
Chantier millimétré
sur le forum antique
de Bavay
Pour réaliser ce chantier très technique en milieu fragile, le département, qui en assure la maîtrise d'ouvrage, a choisi en 2019 le groupement de conception-réalisation piloté par Rabot Dutilleul Construction. Le coût (avant hausse du prix de l'acier) s'établit à 9,6 M€ TTC.
En l'an 4 de notre ère, l'empereur Tibère se rendait sur le forum de Bagacum, alors haut lieu d'affichage du pouvoir de l'Empire romain, situé à 1500 km de son centre névralgique. Plus de deux mille ans plus tard, à Bavay (le nom actuel de la commune), le département du Nord veut protéger les vestiges architecturaux encore présents sur le site et notamment les cryptoportiques, dont les arcades de 4 m de haut sont très bien conservées. Ces fondations semi-souterraines soutenaient les portiques qui entouraient le temple, au cœur d'un des plus grands forums de l'empire (240 m de long sur 110 m de large).

Limiter les fouilles. “ Nous avons retenu le projet proposé par Explorations Architecture car c'est celui qui impactait Je moins le site, en limitant au maximum les fouilles archéologiques. Avec une portée de 45 met une hauteur de plus de 13 m, la toiture métallique en forme de « C » repose sur 66 poteaux et suit la trame des cryptoportiques offrant ainsi une protection maximum pour un minimum d'impact au sol ”, décrit Heidy Leroy, cheffe de projet au département du Nord.
“ Les poteaux situés en vis-à-vis devaient impérativement être placés au centimètre près dans l'axe prévu pour que les poutres puissent ensuite y être posées. Situés au milieu, les murs des cryptoportiques ont compliqué la tâche. Il a fallu faire un travail de topographie très fin ”, explique Jean-Marie Lesage, conducteur de travaux chez Rabot Dutilleul.
Les 66 poteaux supportent désormais 6 400 m² de toiture métallique isolée thermiquement et phoniquement. Cette couverture permet aussi au visiteur de mieux se représenter le lieu tel qu'il était à l'époque, c'est-à-dire couvert et donc plongé dans la pénombre. Afin de disposer d'un espace suffisant pour accueillir les engins de chantier, les matériels et la grue de 400 t sans fondations, un important travail de préparation a été réalisé début 2021. “ Pour ne pas abîmer le forum, nous avons posé un géotextile puis une couche de remblai d'un mètre d'épaisseur. Cela nous a permis de disposer d'une plate-forme pour travailler dans de bonnes conditions. Le remblai ne sera enlevé qu'après l'inauguration, prévue le 14 mai ”, détaille Jean-Marie Lesage.

La toiture métallique en forme de « C », reposant sur 66 poteaux, recouvre les cryptoportiques en suivant leur trame.

Cheminement pour PMR. Une foreuse de 8 ta ensuite été utilisée pour poser en deux mois 132 micropieux. Plantés à une profondeur de 12 à 17 m, ils servent de support aux 66 massifs de béton coulés ensuite sur place. Le levage et le boulonnage des poteaux sur les massifs ont suivi, avant la pose des poutres puis des bacs acier, livrés en modules de 10 m et utilisés pour la couverture. Un cheminement pour personnes à mobilité réduite, circulant au milieu des cryptoportiques, a par ailleurs été installé en mars 2022. Couverture et cheminement ont été conçus pour être facilement étendus ou démontés dans l'avenir.
Aqprim | 21.04.2022
Bordeaux,
Construction
de 118 logements
Programme Andamio : "Faire du logement, ne n'est pas juste faire un appartement, c'est qualifier le cheminement, jusqu'au logement, c'est qualifier le rapport à l'intime."

Le Républicain de l’Essonne | 14.04.2022
Villeneuve-sur-Auvers,
enfin le tout à l'égout !
Le 31 mars, plus d'une centaine d'habitants ont assisté à la réunion publique sur le projet de longue date pour l'assainissement. Plus de 250 habitations et bâtiments communaux sont à raccorder une fois le réseau public de collecte d'eaux usées et les stations d'épuration aménagé.
Dans les villages de Villeneuve-sur-Auvers et Mesnil-Racoin, toutes les habitations possèdent une fosse septique. Il n’y a pas de branchement tout à l’égout. Les habitants de longue date entendent parler de ce projet depuis plus de vingt ans. « Je suis arrivée en 1994 et on nous parlait déjà du projet d’assainissement », souligne Martine Bhikoo, conseillère municipale.

Un calendrier prévisionnel avant travaux a été présenté lors de la réunion publique du jeudi 31 mars à la salle polyvalente du Mesnil-Racoin. La Communauté de communes Entre Juine et Renarde (CCEJR) prévoit la création d’un réseau de collecte des eaux usées opérationnel pour 2024. Deux stations d’épuration naturelles par les roseaux seront installées à distance des logements : une côté bourg et la seconde côté Mesnil-Racoin.

Jean-Marc Foucher, président de la CCEJR et Martine Huteau, maire de Villeneuve-sur-Auvers à la réunion publique.

Chaque habitation a son budget
Les enquêtes ont été réalisées il y a déjà six ans et en 2018 pour repérer les réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales sur chaque parcelle, mettre sur papier un plan de raccordement au futur réseau en domaine public et établir un montant approximatif plafond des travaux à effectuer qui seront à la charge des propriétaires. Il y a plus de 250 habitations et bâtiments communaux concernés, il reste encore 5 % des parcelles à visiter. Seules quatre maisons ne seront pas raccordées, car les frais seraient trop importants : la Ferme des Poupettes, une sur la route d’Auvers, une sur la route d’Etréchy et une dernière au niveau de la RD 148 E.

« J’ai acheté une maison au Mesnil en août 2021, on m’avait annoncé que ça ne servirait à rien de remettre en état la fosse septique, car il y aurait prochainement un raccordement au tout à l’égout, précise un nouvel habitant. Mais ma maison n’est pas au même niveau que la route, il va y avoir une pompe de relevage, l’entretien à faire, ça va coûter cher, il faudra que l’on se concerte avec mes voisins pour diminuer nos coûts pour chacun ».

Les coûts sont évalués entre 1.296 euros HT pour les plus petits travaux et 28.924 euros HT pour le chantier le plus élevé, avec une moyenne de 6931 euros HT. Chaque riverain est amené à choisir s’il veut faire les travaux seul ou avec l’entreprise de son choix, ou bien passer par une opération groupée.

3.000 euros de subvention à saisir avec une opération collective
Si 205 sur 256 propriétaires se rassemblent pour faire faire les travaux ensemble, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie propose de subventionner à hauteur de 80 % HT les projets particuliers, bâtiments communaux compris, avec un maximum de 3000 euros. « Il y a une subvention à récupérer pour chacun, si 80 % des propriétaires ne se rassemblent pas, il n’y aura aucune subvention », précise Mélodie Cordier, technicienne environnement chez Verdi Ingénierie, en charge des enquêtes et des plans de raccordement.

Calendrier prévisionnel
Début avril 2022 : envoi des plans aux propriétaires.
Fin avril 2022 : retour sur les plans par les particuliers.
Mai 2022 : modification des plans si nécessaire et établissement des conventions.
Fin mai 2022 : envoi des conventions et des plans aux propriétaires.
Septembre 2022 : dépôt de dossier définitif de demandes d'aides aux financeurs.`
Après retour des financeurs : réalisation d’une consultation des entreprises.
En 2023 : réalisation du réseau public.
En 2024 : début des travaux chez les particuliers.
Deux ans : les propriétaires ont ce délai maximum pour se raccorder au réseau.
Le Dauphiné Libéré | 13.04.2022
Sauzet, le PADD lance
le futur Plan Local
d'Urbanisme
Christelle Vincent du cabinet Verdi ainsi que Mmes Brun, directrice, et Marie, toutes deux représentant l'agglo, étaient de retour à Sauzet, vendredi 8 avril, afin de présenter le PADD et répondre aux questions des Sauzillards
Une petite trentaine de personnes avait fait le déplacement pour écouter les intervenantes et le maire Julien Duvoid, accompagné de la 1re adjointe, Corinne Heraudeau, de l’adjointe en charge de l’urbanisme, Céline Happiette et de l’adjoint à la communication, Jean-Fançois Argaud.
La représentante du cabinet Verdi a rappelé que le PLU (plan local d’urbanisme), loi de 2000, comprend six pièces obligatoires, dont le PADD (projet d’aménagement et de développement durable). Le PLU doit être révisé pour répondre à la réglementation mais aussi pour permettre à la commune de donner un cadre précis à son développement. Celui-ci devrait être terminé en septembre 2023. Un constat a été dressé : 47 % des 1 831 habitants, comptabilisés en 2018, ont plus de 65 ans. La croissance démographique est en légère baisse. Le niveau moyen de revenus par foyer est élevé, 29 885 €, alors qu’il est de 24 770 € pour la Drôme. 82 % des 991 logements recensés sont des maisons, 56 % possèdent cinq pièces ou plus et 73,5 % des habitants sont propriétaires. Il n’y a que 6 % de logements sociaux.

Concernant l’attractivité
Il y a sur la commune 176 établissements actifs qui génèrent 351 emplois et 23 exploitations agricoles présentes. La population a une forte dépendance à la voiture car 72 % des Sauzillards travaillent en dehors de la commune. Le village possède de nombreux atouts, mais se trouve aussi dans un secteur où les risques d’inondations, de feux de forêts ou nucléaires existent. Il y a aussi des nuisances liées à l’autoroute ou la voie ferrée, les deux étant à proximité.

Le projet à l’horizon 2032 doit tenir compte de toutes ces données ainsi que de la réglementation. La population pourra croître de 1,2 % par an pour se stabiliser à 2 165 habitants dans 10 ans, et le nombre le logement en plus s’élèvera à 170, parmi lesquels 40 logements sociaux pour atteindre les 20 % requis par la loi.