Actu.fr Pas-de-Calais | 13.12.2022
On a visité le chantier du futur hôpital métropolitain
Le chantier du futur hôpital métropolitain de Lens (Pas-de-Calais) était ouvert à la presse ce lundi 12 décembre 2022. Nous avons pu nous y rendre.

Ce lundi 12 décembre 2022, le chantier du futur hôpital métropolitain de Lens était ouvert à la presse.

Les pelleteuses vont bon train sur le bord de l’A21 à Lens, dans le Pas-de-Calais. Le chantier du futur hôpital métropolitain s’est accéléré depuis le mois d’octobre 2022. Découvrez les images.

Préparer le terrain
Une quinzaine d’ouvriers s’affairent quotidiennement sur ce chantier exceptionnel qui accueillera le futur hôpital de Lens, un établissement de santé à la pointe de la technologie. Au mois d’octobre, des travaux d’anticipation ont commencé. Le but ? Préparer le terrain pour les entreprises qui viendront construire les bâtiments.
“ On est en train d’aménager les voiries et les plateformes de stockage des matériaux ”, précise Rémy Tartar, maître d’œuvres. Les réseaux sont également posés, “ il y en a énormément. On a 1 500 m de tuyaux sur le chantier, on en a déjà posé 500. ” L’hôpital bénéficiera de 55 km2 de parking et de voies de circulation.

Début de la construction de l’hôpital en mars 2023
Selon le Groupement hospitalier de territoire (GHT) de l’Artois, il devrait y avoir près de 2 000 places de stationnement à terme. Ces aménagements sont réalisés grâce au matériau trouvé sur site : “ C’est de la craie de très bonne constitution. On achète juste le liant qu’on répand sur la craie, ensuite on mélange et on compacte. ” Il y en a tellement qu’on croirait voir un nouveau terril, mais blanc cette fois !
Le futur établissement de santé lensois sera érigé sur un ancien champ de bataille. “ Sans surprise, on a découvert des tranchées. On a également trouvé des salles de repos et des caves à vin avec des dizaines de bouteilles vides ”, nous apprend-on sur place.
La phase de travaux actuelle devrait se terminer à la fin de l’année pour laisser place à la suivante qui est la plus importante : la construction de l’hôpital. Elle démarrera en mars 2023 et s’étalera sur 43 mois. L’ouverture est prévue pour fin 2025, début 2026.


Cette surface « creusée » accueillera les sous-sols de l’hôpital.


Les voiries de chantier sont « calées » sur les voiries définitives.


La phase de travaux actuelle sert à préparer le terrain pour les entreprises qui construiront l’hôpital à partir du mois de mars 2023.


Plus de 40 mois de travaux vont démarrer en mars 2023 pour la construction du futur hôpital de Lens.

Le Courrier Picard | 13.12.2022
Près de 280 km de routes communautaire à entretenir
Chaque année, la communauté de communes du Val de Somme dépense près d'un million et demi dans les travaux de voirie sur l'ensemble des 33 communes du territoire.

Alain Babaut, président de CCVS, entouré entre autres de Thomas Bailleux, Vincent Gence, David Geerssen de Colas et Mickaël Acloque de Verdi, les concessionnaires de lma collectivité.


La communauté de communes du Val de Somme (CCVS) finance actuellement plus de 212 000 € (hors taxes) de travaux de voirie rue Jules-Bonhomme, à Villers-Bretonneux. “ Il s'agit de réaliser des trottoirs et une banquette de stationnement sur 320 m de long, côté gauche. Avant, les habitants se garaient dans de l'herbe ”, commentait ce lundi 12 décembre Didier Demaison, vice-président de la commission travaux.
Une commission qui, depuis trois ans, met un point d'honneur à intervenir ainsi dans les communes, dont les maires font remonter les priorités en matière d'aménagements urbains et de voirie. “ On rencontre les élus une fois par an et on répartit les travaux à effectuer sur le mandat ”, explique Didier Rebillot, responsable de ce service, qui voit la collectivité réaliser environ 1,4 million d'euros (HT) de travaux chaque année sur les 280 km de voies qu'elle entretient.

Hiérarchiser les besoins et les chantiers
Une belle somme qui, dans ce contexte inflationniste particulier, a encore tendance à grimper. “ Face à cela, on a deux solutions, reprend le président de la CCVS, Alain Babaut. Soit on fait moins de travaux, soit on vote une rallonge pour effectuer les travaux prévus ” Cette année, la rallonge est de 200 000 €. Le bonus pour les 33 communes de ce territoire, ce sont les 200 000 autres euros de fonds de concours que débloque tous les ans (et sur 5 ans, soit 1 million d'euros) la communauté de communes, pour permettre à des villages qui n'ont pas forcément le budget adéquat, de réaliser quelques travaux sur leurs voies. C'est le cas par exemple à Franvillers, où les concessionnaires de la CCVS que sont Colas ou Verdi, interviendront sur les trottoirs. L'essentiel pour la collectivité étant de hiérarchiser les besoins et les chantiers, d'autant qu'elle a également récupéré les compétences assainissement, eaux pluviales et eau potable. “ Hors de question donc de réaliser des travaux de réfection de voirie avant d'avoir réhabilité ces réseaux ”, note M. Rebillot.

C'est aujourd'hui ce que salue la municipalité bretonvilloise, “ ce travail dans l'ordre, qui permet une meilleure visibilité et une meilleure planification. On peut donc prévoir des réunions publiques avec les riverains, pour une meilleure concertation ”, mentionne Matthieu Largy, directeur des services techniques. Lequel voit les travaux rue Jules Bonhomme, censés améliorer le cadre de vie, réduire la vitesse et mieux gérer les eaux pluviales, toucher à leur fin. En 2023, les trottoirs de la résidence du Bois-Saint-Martin pourront ainsi être, à leur tour, en haut de la liste des priorités.
Aquitaineonline | 12.12.2022
Bordeaux poursuit son ambitieux programme de végétalisation
Face à l'urgence climatique, Bordeaux confirme sa trajectoire en accélérant le rythme de plantations et ancre durablement la place de la nature en ville. Le programme de végétalisation engagé en 2020 se poursuit et s'intensifie pour la troisième saison de Bordeaux Grandeur Nature.
Lancement de la troisième saison de Bordeaux Grandeur Nature : 13 000 nouveaux arbres seront plantés dès ce début d’hiver dans tous les quartiers de la ville, ainsi que 3 nouvelles micro-forêts, et des potagers ; le projet de 2 fermes urbaines et l’expérimentation d’un premier jardin de captation des eaux de pluie seront également lancés cette saison. La Ville se dote d’une trame verte et se mobilise pour végétaliser partout où cela est possible.



Le réchauffement climatique a conduit à décaler de deux semaines le lancement de la saison des plantations à Bordeaux. Les températures supérieures à la normale aux mois d’octobre-novembre d’environ 4°C ainsi que la sécheresse importante ont décalé la période d’extraction des végétaux à planter.
En effet, il fallait attendre qu’ils entrent tous en pause végétative : les extraire plus tôt aurait diminué leurs chances de reprise et donc augmenté leur risque de mortalité. Les opérations de plantations de la Ville débuteront en décembre 2022 et s’échelonneront jusqu’en mars 2023 (selon les conditions météorologiques).

Le mouvement de végétalisation engagé en 2020 se poursuit et s’intensifie : 13 000 arbres seront plantés en 2022-2023, pour la troisième saison du programme Bordeaux Grandeur Nature. Ces plantations seront réparties dans toute la ville. Pour contribuer à la renaturation de la ville, les habitants, et maintenant les commerçants, peuvent demander leur « permis de végétaliser » devant chez eux et dans leur rue.
La Ville souhaite aller plus loin et ancrer durablement la nature en ville dans le quotidien des Bordelais. La trame verte dont elle se dote répond à cet objectif, en végétalisant et en rendant les espaces publics plus perméables aux eaux de pluie. Cette trame verte permettra à terme d’adapter la rue et l’espace public au développement de la marche à pied, de mettre chaque habitant à moins de 10 minutes d’un espace vert, d’intégrer le cycle de l’eau et ses risques dans les aménagements publics.
Pour passer de la “ rue sèche ” à la “ rue fraîche ”, quatre leviers seront actionnés : libérer la rue de la voiture, rendre nos rues plus perméables et plantées, diversifier les types de plantation pour s’adapter aux différentes contraintes de sous-sol et d’orientation, et impliquer les acteurs publics et privés pour végétaliser ensemble.



Bordeaux Grandeur Nature #saison 3
Afin de lutter contre les îlots de chaleur, contre la pollution, et d’améliorer le quotidien des Bordelaises et des Bordelais, le programme de végétalisation engagé par la Ville de Bordeaux en 2020 se poursuit et s’intensifie : 13 000 arbres seront plantés en 2022-2023 au cours de la #saison 3 de Bordeaux Grandeur Nature. Ces plantations seront réparties dans tous les quartiers avec pour objectif d’ancrer durablement la nature en ville, d’apporter de la fraîcheur et de la biodiversité.

Chiffres clefs
> 13 688 arbres dont : 11 587 jeunes plants d’arbres ; 1 951 arbres d’intérêt patrimonial futur ; Au moins 150 arbres fruitiers
> 3 micro-forêts
> 1 jardin potager
> 2 jardins partagés
> 2 fermes urbaines en projet
> 1 jardin de récupération d’eau de pluie
> 15 « cours buissonnières » supplémentaires
> 1 nouvelle boucle de randonnée à Bordeaux Nord

Une “ académie du jardinier ” pour rendre son jardin ou son balcon comestibles
Nouveauté : à partir de mars 2023, la Maison du jardinier propose “ l’académie du jardinier ”, dont l’objectif est d’encourager et de conseiller les habitants pour leur donner envie d’exploiter leur jardin, balcon ou terrasse pour y produire fruits et légumes. Il s’agit d’ateliers participatifs comme par exemples semis, repiquage, lutte biologique contre les nuisibles, plantes amies ou ennemies… Ces ateliers sont gratuits sur inscription à la Maison du jardinier, par mail ou par téléphone. Cette académie du jardinier s’inscrit dans le cadre de la programmation de la Maison du jardinier et de la nature en ville, qui vise à sensibiliser le public à la nature en ville, au jardinage écologique et à ses vertus. La Maison du jardinier est située au cœur des 4 hectares du parc Rivière, entre le Grand Parc et le Jardin Public.


Capter le ruissellement des eaux pluviales : “ les jardins de pluie ”
Le jardin de pluie (jardin de captation d’eau de pluie), un nouvel outil de la #saison3 de Bordeaux Grandeur Nature, au carrefour des rues Pierre, Bonnac et Lacanau. À la suite d’un épisode de pluie, l’eau pluviale de la placette ruissellera sur les pavés des trottoirs imperméables jusqu’à l’espace végétalisé central. Cette eau nourrira tout d’abord les végétaux. Puis, lors de la saturation de la terre végétale, l’eau sera captée par une tranchée drainante pour être stockée dans une structure réservoir enterrée. Cette eau s’infiltrera ensuite lentement dans le sol et rechargera les nappes phréatiques. Avant infiltration, l’eau stockée pourra aussi être pompée par l’accès d’un regard en vue d’une réutilisation par l’homme.
En période estivale lors de fortes pluies, l’eau collectée saturera la terre végétale et forcera l’évapotranspiration des arbres, créant ainsi un îlot de fraîcheur urbain.
L’infiltration des eaux de pluie dans le sol est l’objectif principal de cette démarche, mais l’eau collectée permet également l’arrosage des végétaux, et lors de phénomènes de fortes précipitions, de lutter contre les inondations et la saturation des réseaux. Le jardin de pluie sera végétalisé par 4 strates végétales : arbres, arbustes, vivaces et grimpants sur les ganivelles. Les parois extérieures du jardin de pluie seront étanches afin d’éviter le risque de drainage des eaux stockées vers les tranchées de réseaux enterrés avoisinantes. Cette protection évitera ainsi un ruissellement des eaux souterraines vers les caves et fondations des habitations à proximité.

Le Progrès | 08.12.2022
Le Projet d'aménagement stratégique a fait l'objet d'une réunion publique
Dans le cadre de la révision du SCOT du Haut Bugey (Schéma de cohérence territoriale), le Projet d'aménagement stratégique (PAS) a fait l'objet d'une réunion publique, mardi 6 décembre, à Maillat.
Ce SCOT du Haut Bugey est en cours de révision pour plusieurs raisons : l’extension du périmètre du SCOT avec l’intégration des six communes du Plateau d’Hauteville, au 1er janvier 2019 soit près de 42 communes et 64 000 habitants désormais. Mais aussi les évolutions sociétales et environnementales, et les évolutions réglementaires qui imposent des objectifs de réduction du rythme d’artificialisation des sols* dont le zéro artificialisation nette en 2050.
Le PAS définit les objectifs de développement et d’aménagement du territoire à un horizon de 20 ans (2024, date de l’approbation suite à l’enquête publique - 2044).

Attractif, organisé, productif
Trois axes définissent ce projet d’aménagement qui prévoit d’en faire un territoire AOP : attractif, organisé, productif.
> Un territoire attractif concerne le cadre de vie, les paysages (valoriser les sites remarquables), l’eau (étudier, gérer les ressources en eau…), l’urbanisation (en définir les limites, développer la présence de la nature en milieu urbanisé, entrées de villes et villages…), l’énergie et les déchets.
> Un territoire organisé concerne l’évolution de la population (un objectif de croissance de 0,30 % l’an amènerait 3 800 habitants en 20 ans), l’évolution et la diversification de l’habitat (4 300 logements en 20 ans) et la mobilité (lignes à défendre, voies douces à développer, bornes électriques, nouvelles énergies : hydrogène…).
> Un territoire productif concerne l’industrie, l’artisanat, l’agriculture (préserver les espaces agricoles et diversifier les activités), le bois dont il faut soutenir la filière, les carrières, et le tourisme.

Des interrogations
Le débat qui a suivi cette présentation a soulevé quelques problèmes. Des panneaux solaires sur les entreprises, pourquoi pas ? “ Mais les assurances ne les prennent pas en considération ”, remarque Cyrille Ducret. L’implantation d’éoliennes peut impacter des territoires voisins, des espaces forestiers qu’il faudrait préserver. “ Certaines décisions devraient être prises à un autre niveau que communal, au niveau de l’agglomération par exemple ”, selon Philippe Emin.
Quelques élus n’ont pas manqué de manifester leur scepticisme : “ Aujourd’hui, les services de l’État décident ! Les projets, les décisions du SCOT, et du PAS seront-elles prises en compte ? ”. Telles sont les interrogations.
*L’artificialisation des sols consiste à transformer des sols naturels, agricoles ou forestiers par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale afin d’affecter ces sols notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)
Bordeaux Métropole, Curieux | 01.12.2022
îlots de chaleur et rôle de la végétation
Comment faire plus court et explicite en ce qui concerne les îlots de chaleur et le rôle de la végétation... Un grand Bravo à Curieux ! (Julien Picard Monnet) pour cette vidéo réalisée pour Bordeaux Métropole. Avec une équipe au top, Elodie Basset, Arnault Doumayrou et Éric Larrey.
On vous explique le rôle des arbres lors des fortes chaleurs et comment ils peuvent s’intégrer dans nos villes avec Bordeaux Métropole.


L’Informateur de Bourgogne | 23.11.2022
Lac de la Sorme, 10 millions de m³ d'eau potable à préserver
Un programme d'investissements de plus de 2,5 M€ a débuté cet automne afin de protéger la ressource en eau du lac de la Sorme, stratégique pour la production d'eau potable de la CUCM, vis-à-vis des pollutions routières, accidentelles ou diffuses.


Des travaux de protection de la ressource en eau.
Le lac de la Sorme date de 1971. C’est une réserve de 10 millions de m³ d’eau potable qui alimente le sud de la communauté urbaine Creusot Montceau et joue un rôle de régulateur hydrologique de la Bourbince.



Avec les nouvelles lois sur l’eau, le lac de la Sorme fait l’objet d’une grande attention de la part de la CUCM qui a lancé d’importants travaux pour préserver les ressources en eau. Autant dire que les poissons, essentiellement des carnassiers, brochets et sandres mais également de beaux spécimens de silures font la joie des pêcheurs qui s’étonnent toujours qu’ils ne puissent pas pêcher avec une barque - risque de pollution - alors que le club de voile navigue sur le lac. Comme ils ne voient pas d’un très bon œil, les roseaux prendre de plus ne plus d’espace sur les berges.


Ceci dit, les travaux actuels s’arrêteront d’ici la fin de l’année avant de reprendre aux beaux jours pour une durée de trois mois.

Présentation des travaux
> Mise en place de caniveaux et de glissières béton armé dans les secteurs les plus sensibles (proximité immédiate de l’eau), glissières mixtes bois / métal au-delà.


> Reprofilage des voiries sur les digues routières pour diriger les eaux vers ces dispositifs de collecte.


> Aménagement et sécurisation de 9 zones de stationnement existantes autour du lac, le stationnement étant interdit au sein du Périmètre de Protection Rapprochée en dehors de ces parkings aménagés.


> Création de 8 bassins de dépollution des eaux collectées, permettant de retenir les pollutions flottantes et de stocker une éventuelle pollution accidentelle.



Budget et financement
Un montant de 2,5 M€ TTC dont 50 % du montant hors taxes financé par l’Agence de l’eau Loire-Bretagne.


Calendrier
La plus grande partie des travaux devrait être terminée d’ici la fin de l’année 2022, sous réserve des bonnes conditions de réalisation.
La création de 2 derniers bassins devrait intervenir en 2023, dès que les conditions météorologiques seront favorables.
VERDI | 22.11.2022
Réhabilitation et extension de l'hôtel des Postes de Metz
Édifice emblématique du patrimoine postal et fleuron architectural du quartier impérial. L'Hôtel se réinvente avec un projet architectural basé sur le lien intergénérationnel. Démarrage de la phase curage, désamiantage et déplombage, 18 000 m².
Équipe :
Ferrier Marchetti Studio (architecte mandataire), Atelier Grégoire André (architecte | Milieu Studio (Ingénierie d’éco-conception) | VERDI (Déconstruction, économie, TCE) | Studio Mango




France 3 | 20.11.2022
l'eau potable d'un village polluée par un herbicide dans l'Oise
La ressource en eau potable est impactée par des dépassements des métabolites du Chloridazone. La valeur moyenne est de 8 μg/l, au-dessus de la valeur sanitaire… Une instruction du ministère de la santé publiée le 15 juin 2022 a déterminé une valeur sanitaire transitoire de 3 μg/l d'eau.
Afin de trouver une solution viable et rapide face à l'interdiction de consommation d'eau prochaine à venir. Nous avons connecté en 4 mois, la commune sur une autre ressource non pollués avec 2 900 ml de canalisation.



La chloridazone est un pesticide qui a été utilisé principalement dans la culture des betteraves jusqu’en décembre 2020. L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), chargée de l'évaluation des risques dans le domaine des denrées alimentaires, indique que la chloridazone ne présente aucun potentiel cancérigène ou mutagène pour l’Homme.
L’ARS Hauts-de-France recherche la chloridazone lors du contrôle sanitaire de l’eau du robinet depuis plus de 10 ans. Ce pesticide a été ponctuellement détecté dans tous les départements, en quantité très limitée et toujours inférieure à 0,1 microgramme par litre (μg/l). Il n’y a jamais eu d’alerte sanitaire en Hauts-de-France sur la chloridazone dans l’eau du robinet, ni de restriction de la consommation de l’eau pour cette raison.

Source : Agence Régionale de Santé Hauts-de-France
https://www.hauts-de-france.ars.sante.fr/metabolites-de-la-chloridazone-dans-leau-du-robinet-les-reponses-aux-questions-les-plus-frequentes