PeupleLibre.fr | 12.03.2024
Bourg-lès-Valence, la ViaRhôna va traverser la ville
Les travaux viennent de démarrer le long du quai Thannaron. Le but : réaliser le tronçon bourcain de la voie cyclable ViaRhôna de la passerelle Girodet à la rue Pompéry.
 
Les cyclistes qui empruntent la ViaRhôna, cette belle voie cyclable qui longe le Rhône du Léman à la mer Méditerranée, se retrouvent actuellement un peu perdus en arrivant sur Bourg. La voie longe le Rhône, du barrage de la CNR jusqu'au parc Girodet, et après les cyclistes, qui suivent les pictogrammes, doivent traverser la route au carrefour du Buffalo Grill et ensuite zigzaguer dans le vieux Bourg pour tenter de retrouver tant bien que mal la direction de l'Épervière.

Le tracé
La situation devrait changer dans l'avenir. La commune a engagé, depuis la semaine dernière, les travaux de réalisation du tracé définitif de la ViaRhôna. Ce tronçon, de 400 mètres linéaires, reliera la passerelle de Girodet à la rue Pompéry, en passant le long de l'autoroute : derrière le parking et l'école Barthelon et dans le square Terisse. Les travaux, menés par les entreprises Eiffage Route et Galet, vont durer deux mois et seront terminés fin avril.

Il faudra encore attendre la passerelle
Mais il faudra encore attendre un peu avant de voir passer les cyclistes, car la passerelle ne sera pas posée avant 2022. "On a déclenché les travaux de la ViaRhôna plus tôt pour pouvoir toucher les subventions qui atteignent 80 % du budget de ce chantier à 340 000 €" indique la mairie.
Après le square Terisse, la ViaRhôna traversera le quai Thannaron pour s'engouffrer dans la rue Pompéry avant de rejoindre Valence. Un plateau traversant doit être réalisé sur le quai Thannaron pour sécuriser le passage des cyclistes, mais il sera posé dans un second temps : au moment des travaux de réfection des quais qui doivent avoir lieu au cours du mandat.

Le tronçon valentinois
Quant au tronçon valentinois, ses travaux ne démarreront pas avant mi-2021 et s'achèveront en 2023. La voie cyclable devrait passer par les rues Ambroise Paré, Joseph Pey, Jean Bouin, pour longer la future halle gourmande. Ensuite passage par les rues Barthélémy Roux et Victor Jacquet, avant de traverser l'avenue Gambetta pour rejoindre le parc Jouvet. De là, les cyclistes auront encore le carrefour de l'avenue de Provence à traverser afin de rejoindre la voie le long du Rhône qui conduit à l'Épervière.
 
Le Courrier Picard | 11.03.2021
Le prix de l’eau augmentera (encore) pour sauver le réseau d'Ham
À l’occasion du conseil municipal du 10 mars, les élus ont fait une demande de subvention pour les travaux du réseau et du château d’eau d’Ham. Cela impliquera une augmentation de la part communale du prix de l’eau.
 
C’est une annonce qui fait mal : la part communale du prix de l’eau devra augmenter de 30 %, passant de 1,21 € à 1,30 €. Une augmentation nécessaire pour le maire de la commune, Éric Legrand « C’est une augmentation du prix motivé avant par le besoin de remettre à neuf notre réseau et notre château d’eau, c’est à ce tarif minimum que nous pourrons obtenir les subventions de l’Agence de l’Eau. Une aide indispensable pour nous lancer dans ces lourds travaux ».

Priorité sur le château d’eau
Pour l’heure, la priorité des priorités de la commune devrait être mise sur la réhabilitation du château d’eau de Ham pour un total estimé à 800 000 euros HT. Les travaux auront pour but de remettre en état l’étanchéité du château d’eau et de la station de pompage de la commune, lesquels cause des problèmes d’approvisionnement sur le territoire. « Si nous obtenons toutes les subventions que nous demandons, le reste à charge pour la ville de Ham demeurera tout de même de 320 000 euros, juste pour ces travaux », précise toute fois Bruno Sirot, adjoint au Cadre de vie. Et d’ajouter que les travaux devraient démarrer dans le courant de l’année 2022.

Diagnostic complet
Tandis que le château d’eau s’apprête à être refait à neuf, la commune va profiter de l’année 2021 pour mener une étude de diagnostics des réseaux d’eau potable d’Ham. « Aujourd’hui, le réseau est un véritable gruyère où l’eau fuit de partout. L’objectif de cette étude, c’est de définir les zones les plus dégradées afin de déterminer combien d’années devraient durer les travaux de réhabilitation et surtout combien d’argent cela coûtera au contribuable hamois », explique une fois encore Bruno Sirot à l’attention du conseil municipal. Coût de l’étude, menée par le bureau d’études Verdi Nord-Pas-de-Calais : 31 000 € HT dont 15 500 en fonds propre pour la commune.
Sur les bancs de l’opposition, on s’étonne cependant que ne soit pas évoqué le projet de station de décarbonatation, prévu pour rendre plus saine l’eau potable sur la commune. « Celui-ci avait été évoqué sous la précédente mandature et je m’étonne qu’on n’en entende plus parler depuis. Ce qui m’étonne d’autant plus que la réhabilitation de ce réseau d’eau potable prendra sans doute plus d’un mandat et qu’il serait utile d’anticiper les prochains investissements », réagit Antoine Bruchet. Réponse nette dans les rangs de la majorité : « c’est un investissement hors de propos tant que notre réseau d’eau n’a pas été réhabilité. Ce serait littéralement comme pisser dans un violon », commente l’élu Francis Hay.
Cependant le maire, Éric Legrand, ne se dit pas fermé à la discussion : « même si un tel projet devra sans doute avoir lieu dans un second temps ».
 
Le Dauphiné | 09.03.2021
Bourg-lès-Valence, la municipalité accélère pour la ViaRhôna
C’était une des promesses du nouveau mandat de Marlène Mourier. Les travaux de la ViaRhôna ont commencé début mars, pour une durée de deux mois. La première phase d’un chantier important.
 
Le long de l’autoroute A7, sur le quai Maurice-Barjon, les engins de chantier s’activent. Depuis le 1er mars, la municipalité de Bourg-lès-Valence a lancé le chantier d’aménagement de la ViaRhôna. Au pied de la passerelle, le tracé de la piste est déjà visible jusqu’au square Michel-Terrisse, avec une piste dédiée au cycliste et une autre pour les piétons. 450 mètres sont en cours d’aménagement.

Un chantier de deux mois, d’un coût de 340 000 euros, financé conjointement par la Ville (84 000 euros), le ministère de la Transition écologique (55 000 euros), la Région (49 000 euros), l’État (90 000 euros) et le Département (62 000 euros). « C’est assez rare d’avoir un chantier financé à 80 % par les collectivités. Ce projet colle au contexte national de développement des mobilités douces », souligne Marlène Mourier, maire (LR) de Bourg-lès-Valence.

Une nouvelle passerelle début 2023 ?
Après cette première phase qui devrait faciliter la vie des cyclistes, viendra ensuite la pose de la nouvelle passerelle. Des travaux plus lourds, qui devraient démarrer en mars 2022 : « Nous avons eu les autorisations d’ASF (Autoroutes du sud de la France). Le démontage de l’ancienne passerelle aura lieu en mars et le montage de la nouvelle en novembre. Ce sont les seuls créneaux disponibles », précise Dominique Gential, adjointe à l’urbanisme.

L’ensemble s’inscrit dans le projet du parc Girodet. « Cette plateforme n’était pas adaptée », ajoute Dominique Gential. « Elle n’était pas adaptée aux cyclistes ni aux personnes à mobilité réduite. » « C’est un projet de territoire, pour redynamiser le quartier », indique la maire. « La municipalité a débloqué des aides pour les particuliers voulant rénover leurs façades, de l’ordre de 50 % du montant du chantier. » « Un architecte conseil sera sollicité, ainsi qu’un coloriste, afin de redonner aux bâtiments leur aspect d’antan. » De quoi ravir les futurs cyclistes.
VERDI
s'engage
pour le climat
Olivier Renaud s'engage dans la Convention des Entreprises pour le Climat.
"Rejoindre la CEC m’a paru une évidence autant comme citoyen que comme chef d’entreprise. Intégrer ce collectif, c'est renforcer mon engagement et celui de VERDI dans la transition écologique".
 
VOIR PLUS    
Le Journal de la Haute-Marne | 04.03.2021
Longeau : des infos précieuses sur la toute nouvelle station d’épuration
Concepteurs et élus se sont réunis pour la réception officielle des travaux de la toute nouvelle station d’épuration.
 
VOIR PLUS    
Le Moniteur | 02.03.2021
Un nouveau visage pour le stade Yves-du-Manoir de Colombes
Le mythique stade francilien connaîtra en 2024 ses deuxièmes Jeux olympiques en accueillant les épreuves de hockey sur gazon des Jeux de Paris 2024.
 
VOIR PLUS    
SportMag.fr | 02.03.2021
Nouveau visage pour le stade Yves-du-Manoir à Colombes
Retenu pour accueillir les épreuves de hockey sur gazon des Jeux de Paris 2024, le complexe va entrer dans une vaste phase de travaux. Le projet est destiné à construire des équipements sportifs pérennes pour le hockey sur gazon, le rugby, le football et l’athlétisme, et des bâtiments neufs pour l’ensemble des usagers dont la Fédération Française de Hockey et son Centre national d’entraînement.
 
VOIR PLUS    
Hauts-de-Seine.fr | 01.03.2021
Un nouveau visage pour le stade départemental Yves du Manoir
Cent ans après les Jeux de 1924, le lieu s'apprête à vivre une nouvelle olympiade. Retenu pour accueillir les épreuves de hockey sur gazon des Jeux de Paris 2024, le complexe va entrer dans une vaste phase de travaux. Le groupement mené par l'entreprise générale Léon Grosse vient d'être retenu par la collectivité pour piloter ce projet destiné à construire des équipements sportifs pérennes pour le hockey sur gazon, le rugby, le football et l'athlétisme, et des bâtiments neufs pour l'ensemble des usagers dont la Fédération Française de Hockey et son Centre national d'entraînement.
 
VOIR PLUS